Les Blessures Osseuses

 

 

     Un geste mal exécuté, une mauvaise chute, une réception mal effectuée… On visualise tous une fracture, ouverte ou non, notamment parce qu’elle est généralement impressionnante et douloureuse… Et donc spectaculaire. Elle n’est pourtant pas la seule blessure osseuse commune dans le monde du sport.

 

 

 
 

Ces blessures peuvent toutes être liées à :

 

     * Une mauvaise gestion de la charge de travail qui aura pour conséquence d’accroitre les risques de voir survenir ces blessures: la fatigue fragilise l’organisme mais diminue également l’attention.

      * Une mauvaise qualité de pied et/ou une méconnaissance des méthodes de chutes (Comment tomber ?)

 

 

 
 
 

     Si nous faisons ici le choix d’ignorer les blessures qui ne sont pas directement liées à la pratique sportive (fractures pathologiques, fractures liées à l’ostéoporose), nous mentionnerons une ultime forme de blessure, qui n’implique pas directement un os, mais une articulation complète : la Luxation. Elle consiste en la sortie partielle ou totale d’un os de sa cavité articulaire (Exemples : Luxation de l’épaule, de la rotule).

 

     Si elle est souvent liée à une hyperlaxité du pratiquant, il existe néanmoins des méthodes préventives afin d’en limiter les risques.

 

 

 

 

Exemple de luxation de l’épaule gauche

 

 

 

Réflexes à avoir lors de la blessure – Fractures de fatigue

 

     N’étant pas liée à un choc, elle se repère avant tout auprès de l’athlète par observation (boiterie, grimaces, baisse des performances) et interrogation (douleur croissante au fil des séances). Elle peut parfois être confondue avec une périostite, et nécessitera donc un examen radiographique.

Il convient alors de stopper la pratique et de prendre du repos, d’une durée variant de plusieurs jours à plusieurs semaines en fonction des informations obtenues lors des examens complémentaires.

 

 

Protocole après la blessure – Fractures de fatigue

 

     La reprise à la suite d’une fracture de fatigue, dès lors que l’examen médical confirme la résorption totale de la-dite fracture, doit s’effectuer avant tout de façon lente et modérée : dès lors que l’on sait que ce type de fracture survient à cause d’une augmentation trop brutale de la charge d’entraînement, il convient d’y prêter une attention toute particulière.

 

 

Réflexes à avoir lors de la blessure – Fractures traumatologiques & Luxations

 

     Le premier objectif sera de protéger le blessé afin d’éviter tous risques d’aggravation, il faudra alors rapidement immobiliser la zone lésée dans une position antalgique. L’idéal étant d’appeler immédiatement et d’attendre les secours, qui seront équipés et qualifiés afin d’éviter de mauvaises « manipulations ».

L’individu sera ensuite emmené à l’hôpital afin d’y recevoir les soins nécessaires (Remise en place de l’articulation, plâtre, etc…)

 

 

Protocole après la blessure – Fractures traumatologiques & Luxations

 

     La rééducation est généralement longue, l’immobilisation, qu’elle soit plâtrée ou en attèle, ayant eu d’importants effets délétères, notamment concernant :

 

     * La Masse musculaire (Volume)

     * La Force

     * Les Sensations (Proprioception, Motricité, Dextérité fine…)

 

 

     Dès lors, la rééducation doit être menée avec finesse et progressivité, l’articulation et/ou l’os concerné(s) étant encore fragilisé(s) : Il faut savoir prendre son temps et ne pas vouloir brûler les étapes.

Surtout, il faut prendre en compte le contexte de la blessure : si celle-ci est liée à une chute, à de la fatigue ou autre, il faudra se concentrer et analyser cette cause afin de palier à d’éventuelles faiblesses.

 

Cette rééducation, peu importe sa durée, devra systématiquement être suivie d’un travail de Réathlétisation.

 

 

« L’ennemi de la rééducation, c’est la précipitation »